Par Dr. Sara Ruto, Directeur, Réseau PAL

Un vent de changement souffle à travers l’Afrique et sans doute à travers l’hémisphère sud. Les citoyens de tous les horizons se sont rendus compte qu’ils étaient porteurs du changement dont leurs pays avaient tant besoin. L’histoire de TPC Mozambique, un programme de Facilidade, qui s’est concrétisé grâce à l’implication active des personnes de tous bords, au sein et en dehors du gouvernement, en est un bel exemple. C’est une histoire d’engagement citoyen et de confiance en la capacité de tout un chacun d’agir pour le bien de tous.

Il est primordial, plus que jamais dans l’histoire, que chaque personne s’investisse afin de s’assurer que le rêve collectif pour chaque enfant, tel que défini dans la déclaration universelle des droits de l’homme et incorporé dans nos législations nationales, soit réalisé. Chaque enfant a le droit, non seulement d’accéder à une éducation formelle, mais aussi d’apprendre et de vivre des expériences porteuses de sens. Hélas, les conclusions des évaluations citoyennes de l’apprentissage, de l’Est à l’Ouest, révèlent continuellement que nous n’avons pas réussi à répondre aux aspirations de beaucoup d’enfants. En ne nous assurant même pas qu’ils disposent de compétences fondamentales en lecture, nous sommes en train de faillir à notre mission de sécurisation de leur bien-être futur. C’est là un problème sérieux.

Jetons un peu un coup d’œil aux conclusions, commençant par ASER Inde qui nous a légué l’approche d’évaluation citoyenne. Seule la moitié des enfants (48%) en cinquième année du cycle primaire peuvent lire un texte du niveau de la deuxième année du cycle primaire. Cette situation n’est guère mieux en Ouganda (56%) ou au Nigeria (44%), et est même pire au Sénégal (33%) et au Mali (10%).

Quid du Mozambique ? Les conclusions de la toute première évaluation citoyenne montrent que seuls 4 enfants sur 10 en cinquième année du cycle primaire peuvent lire un texte du niveau de la deuxième année du cycle primaire. Nous avons vraiment du pain sur la planche au Mozambique comme dans plusieurs autres pays.

Nous devrons nous demander pourquoi un si grand nombre d’enfants n’arrive pas à acquérir les compétences fondamentales de base. Nous devrons nous poser la question, en toute critique, de savoir pourquoi nous n’avons pas encore agi avec précision pour garantir à chaque enfant son droit fondamental à l’éducation. Les enfants qui ratent leur éducation formelle sont déjà pour la plupart défavorisés par des facteurs socio-économiques, ou viennent des régions qui souffrent d’un déficit d’infrastructures. L’accès à l’éducation ne devrait être ni un facteur aggravant des disparités et ni renforcer les inégalités. Au contraire, l’éducation formelle doit plutôt aider à niveler et doit servir de voie vers l’égalité des chances. Elle doit permettre à chacun de s’équiper pour devenir des citoyens du monde, contribuant à l’amélioration de la société pour tous.

Plusieurs pays, y compris le Mozambique, ont pris l’engagement d’améliorer la qualité de l’éducation. Le très ambitieux Objectif de développement durable 4 (ODD4), adopté par 193 pays membres de l’Assemblée générale des Nations unies en Septembre 2015, s’engage à « assurer une éducation de qualité, inclusive et équitable et à promouvoir les opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ». Le renouvellement de cet engagement témoigne d’un nouvel accent sur l’éducation inclusive, permanente et équitable.

Le suivi des avancées vers le nouvel objectif en matière d’éducation (ODD4) nécessite que l’on dispose des données pour jauger si tous les enfants apprennent effectivement. Le travail de TPC Mozambique est d’une pertinence pas seulement locale mais aussi internationale. C’est une approche qui dévoilera l’ampleur de la crise de l’apprentissage, pas seulement pour les enfants scolarisés, mais aussi pour les enfants hors du système scolaire qui ne jouissent pas de leur droit constitutionnel à l’éducation. L’approche d’évaluation citoyenne utilisée par TPC Mozambique offrira un outil d’étude très important pour répondre au problème d’inégalité dans l’offre éducative.

Nous joignons notre voix à celle du Mozambique dans un message de félicitations pour le travail accompli et ensemble nous les encourageons, tout comme d’autres pays, car nous devrons nous assurer au moins que chaque enfant sait lire. L’enfant qui ne peut pas lire ne peut pas progresser, que ce soit dans le système scolaire ou dans la vie. L’enfant qui n’arrive pas à lire restera dépendant d’autres personnes et ne pourra pas accéder à toute la richesse du savoir que le monde a à offrir. Nous pouvons changer cela et assurer pour chaque enfant un avenir meilleur.

TPC Mozambique a mené la phase pilote de son évaluation citoyenne (EC) dans 23 Districts de la province de Nampula au nord du Mozambique en novembre 2016. Le lancement public officiel du rapport de l’EC pilote a eu lieu le 30 juin 2017 à Nampula, Mozambique.

De gauche à droite: Matilde de Melo, Directeur TPC Mozambique; Dr Rukmini Banerji, PDG Pratham et fondateur de Citizen Led Assessment; Armando Ali, conseiller principal, TPC Mozambique – lors de l’approbation du TPC Mozambique adhésion complète au réseau PAL