Hannah-May Wilson, Responsable de programme, Secrétariat du Réseau PAL

Nous n’avons pas mis long pour localiser notre premier foyer échantillon. Le soleil matinal brûlant montant de plus en plus haut dans le ciel, le patriarche de Nathepo – Sr. Vahocha – nous éloignèrent de l’école désertée, et nous suivîmes des pistes sablonneuses qui nous menèrent vers un ensemble de maisons éparpillées, construites en briques avec des toits de chaume. Arrivés à la première maison, nous fûmes accueillis par Miguel Ussene, âgé de 12 ans, qui nous informa que ses deux parents s’étaient rendus à l’enterrement d’un membre du village. Sa grand-mère, par contre, était tout près et il proposa d’aller la chercher. Avant de s’en aller, Miguel et ses amis disparurent dans la maison et nous ramenèrent deux grands Esteiras de palhas (nattes de paille sèche) et quelques tabourets en bois pour que nous puissions attendre à l’ombre.

Plus d’écoles ne signifie pas nécessairement plus d’apprentissage

Arrivant avec son petit-fils, Joaquina Momola parut surprise de voir le groupe de personnes qui attendait. Sr. Vahocha la salua, expliquant que nous étions là pour une étude importante qui cherchait à savoir ce qu’apprennent les enfants. Joaquina s’est introduite, esquissant un sourire et nous demanda si nous avions vu la toute nouvelle et belle école sur l’autre côté des arbres. Nous sourîmes, acquiesçant en lui faisant un petit signe de tête et lui demandâmes si Miguel était inscrit dans cette école. Elle nous expliqua que Miguel y était inscrit en dernière année du cycle primaire, mais qu’il était à la maison depuis des semaines, pendant que les enseignants attendaient d’être payés.

Pendant que l’équipe expliquait qu’elle travaillait pour une ONG locale appelée ‘Facilidade’, qui s’intéresse à l’apprentissage chez les enfants, Joaquina prit place sur l’Esteiras, le dos sur le mur de brique et écouta attentivement. Beaucoup d’écoles ont été construites, expliqua l’équipe, mais « TPC Mozambique » voulait savoir si les enfants apprenaient.

Démystifier l’apprentissage dans le foyer.

Joaquina donna sa permission pour que son petit-fils soit évalué. Elle l’encouragea à venir s’asseoir à ses côtés avec le livret d’évaluation qui lui avait été donné. L’équipe demanda à Miguel de lire à haute voix les lettres de la première section du livret. Miguel se servant de son doigt pour guide, les yeux de Joaquina suivirent attentivement le doigt de son petit-fils, d’une lettre à l’autre, comprenant intuitivement que la voix basse et l’hésitation fréquente signalaient que Miguel éprouvait des difficultés. Petit à petit, il lut la plupart des lettres sur la page, respirant profondément une grande bouffée d’air à la fin. « Bravo », notre équipe encouragea Miguel ; « tu veux essayer encore ? ». Les épaules de Miguel se relâchèrent un peut quand il sut qu’il avait une autre chance. Cette fois, il lut toutes les dix lettres sur la page.

Traçant ses doigts vers la prochaine section, Miguel fixèrent la page, le regard vide. « Tu peux choisir et lire n’importe quel des mots » expliqua l’équipe TPC, « tu n’a pas à les lire dans l’ordre ». Il commença par lire ‘lua’ (la lune). Persévérant dans la détermination, Miguel parvint aussi à lire ‘sol’ (soleil), ‘comer’ (manger) et ‘beber’ (boire). Convaincu de ne pouvoir lire aucun des mots restants sur la page, il leva les yeux vers sa grand-mère, qui l’encouragea par un sourire. « Et si on essayait quelques exercices de mathématiques ? » notre équipe suggéra, souriant en tournant quelques pages du livret de test.

Des milliers d’enfants laissés de côté.

Miguel fut classé au niveau « lettre » pour les tests de lecture et « addition » pour le test de niveau en mathématiques. Les évaluations de TPC Mozambique étant basées sur le curriculum de la deuxième année du cycle primaire au Mozambique, Miguel aurait du réussir les niveaux les plus élevés des deux tests. Au contraire, les conclusions de l’évaluation pilote du Mozambique pour l’année 2016 montraient que Miguel fait partie de milliers d’enfants résidant au nord du Mozambique inscrits en dernière classe du cycle primaire sans disposer des compétences de base en lecture et mathématiques.

Moins de la moitié (45%) des 9901 enfants âgés de 7 à 16 ans, évalués partout dans la province de Nampula, pouvaient reconnaitre les lettres. Seul 1 enfant sur 10 pouvait lire une simple histoire d’environ six phrases du niveau de la deuxième année du cycle primaire. Seulement 6 enfants sur 100, âgés de 7 à 16 ans, pouvaient répondre aux questions simples de compréhension tirées de l’histoire, complétant ainsi le test.

Les résultats en mathématiques étaient aussi inquiétants. Seuls 3 enfants sur 10, âgés de 7 à 16 ans, pouvaient réussir un exercice d’addition simple. 92 enfants sur 100 n’arrivaient pas à résoudre un problème de division. La majorité d’enfants commençait le cycle secondaire –(huitième année du cycle scolaire) sans disposer des compétences de base en lecture et mathématiques, correspondant à la deuxième année du cycle primaire. Seuls 4 enfants sur 10 en huitième année du cycle scolaire pouvaient réussir le niveau le plus élevé du test de mathématique de niveau correspondant à la deuxième année du cycle primaire.

De l’Evaluation à l’action

 Aujourd’hui, aura lieu le lancement officiel des résultats de l’évaluation dans la cité de Nampula. Ce lancement sera l’occasion d’examiner les conclusions principales de l’évaluation pilote de 2016, de planifier la mise à l’échelle nationale de l’initiative, et d’annoncer les perspectives pour la deuxième phase de TPC Mozambique : les Plans d’action communautaires. « Nous savons que les évaluations seules ne suffisent pas pour améliorer les compétences des enfants en lecture et en calculs » dit le Directeur exécutif de Facilidade, Matilde de Melo. « L’évaluation est la première étape vers des mesures appropriées pour améliorer le niveau d’apprentissage. Nous sommes heureux de pouvoir travailler avec les leaders locaux pour voir ce qui pourra être fait pour s’assurer qu’aucun enfant ne soit laissé de côté ».

Pour accéder à une infographie sommaire des résultats de TPC Mozambique, veuillez cliquer ici.

Pour consulter le rapport complet en portugais, veuillez cliquer ici.